Charte

Le succès des entreprises de l’économie sociale ne se mesure pas seulement à leurs performances économiques, qui sont toutefois une condition indispensable pour pouvoir réaliser leurs finalités mutualistes et solidaires, mais surtout par leur apport en termes de solidarité, de cohésion sociale et d’ancrage dans les territoires.

Une façon différente d’entreprendre
Les organisations de l’économie sociale sont des acteurs économiques et sociaux présents dans tous les secteurs. Elles se caractérisent avant tout par leur finalité et une façon différente d’entreprendre.
L’économie sociale comprend les coopératives, les mutualités, les associations et les fondations. Ces entreprises sont particulièrement actives dans certains domaines comme la protection sociale, les services sociaux, de santé, bancaires, d’assurance, la production agricole, la consommation, le travail associé, l’artisanat, l’habitation, l’approvisionnement, les services de proximité, l’éducation et la formation, ainsi que dans les domaines de la culture, du sport et des loisirs.
Pour répondre aux nouveaux défis d’aujourd’hui (développement durable, désengagement croissant des services publics, insertion sociale, solidarité intergénérationnelle), elles prennent de nouvelles initiatives.
Certaines d’entre elles disposent déjà d’une reconnaissance juridique comme par exemple les entreprises à finalité sociale (Belgique), les coopératives sociales (Italie), les sociétés coopératives d’intérêt collectif (France) etc.
Toutes s’inscrivent dans les objectifs des politiques européennes (sociale, de l’emploi, de l’entreprise et de l’entrepreneuriat, de l’éducation, de la recherche, du développement local et régional, de la RSE, de la gouvernance d’entreprise, etc…) auxquelles elles apportent une contribution active.

Des spécificités fortes
Les formes juridiques des organismes de l’économie sociale peuvent varier d’un État membre à l’autre.
Cependant, ces entreprises se distinguent de celles à capitaux par leurs spécificités liées à des caractéristiques communes, notamment :

Une réalité incontournable
L’économie sociale :

L’économie sociale se fonde sur une large base sociale et mène à bien ses activités sous des formes juridiques variées, en faisant preuve de sa compétitivité, de sa capacité de croissance et d’adaptation aux nouveaux défis sociaux et économiques.
Ainsi, elle est une composante fondamentale de la société civile organisée. Elle prend position et rend des avis aux pouvoirs publics sur l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques qui touchent à la vie des citoyens.
L’économie sociale contribue de manière significative à la construction d’une société plurielle plus participative, plus démocratique et plus solidaire.

Conférence européenne de l’économie sociale (CEP-CMAF, Conférence Européenne Permanente des Coopératives, Mutuelles, Associations, Fondations - Salamanque, mai 2002